Press Release Re: Clinic 554/ Communiqué de Presse

RJNB Fundraising Initiative Helps Fredericton Doctor Open Clinic  $125,000 in donations from national #SaveTheClinic fund

FOR IMMEDIATE RELEASE

FREDERICTON, NB, January, 2015 – Reproductive Justice New Brunswick is celebrating the purchase of the former Morgentaler Clinic in Fredericton and the opening of Clinic 554, a new family practice that offers a wide range of reproductive services, including abortion. This was made possible by the #SaveTheClinic fundraising campaign, startedby RJNB, which succeeded in raising more than $125,000 for improved abortion access in New Brunswick.

“On behalf of all New Brunswickers, we thank the more than 1500 people and organizations who immediately jumped on board to support this critical issue and the fundraising initiative from the moment it was announced,” said Allison Webster, treasurer of Reproductive Justice NB. “It was touching to receive donations in every amount. Many who only had 5$ to spare still took the time to send it along in order to help the people of New Brunswick access safe abortion services in a clinic setting. We were overwhelmed and so very grateful.”

RJNB must also thank the Fredericton Youth Feminists for their leadership and dedication to abortion access. Their collaboration on this campaign was truly inspiring. The Prochoice Gala, just one of the events organized by the Fredericton Youth Feminists,contributed over $3500 to the #SaveTheClinic campaign.

The money raised in this campaign was used to establish the practice at Clinic 554, which will include a general family practice, assessment and ongoing care for the LGBTTQ community, as well as abortion services. While the opening of the Clinic 554 is cause for celebration, many barriers to reproductive justice in NB remain. The provincial government has told RJNB that abortion services offered at Clinic 554 will not be covered by Medicare, and it is not yet clear if or when capacity at hospitals will be sufficiently improved to ensure timely access. As it stands, if the very same physician were to perform an abortion in the more costly and cumbersome hospital setting, the service would be paid for by the government. This makes no fiscal, health or common

RJNB continues to take issue with: (1) the government’s adoption of an exclusivelyhospital-based model of abortion service delivery, (2) its failure to fully repeal Regulation 84:20, (3) its plan not to expand abortion services to every region of the province, (4) its minimal consultation, and (5) its limited existing sexual health clinic resources.

It is time for New Brunswick’s access to abortion and other reproductive health services to be on par with other Canadian provinces. The lack of clear information from our government continues to affect some of our most vulnerable citizens: people dealing with an unintended pregnancy need information to sort through their options. Furthermore, many New Brunswickers still only have access to anti-choice health providers. RJNB believes in evidence-based policy about abortion care, and that includes services that are located within the community and are delivered within a broader holistic and more preventive model of reproductive health care.

“The New Brunswick government continues to violate the Canada Health Act and put people’s lives at risk,” said Jessi Taylor from Reproductive Justice NB. “New Brunswickers deserve better. We have a system where those with enough luck and privilege can access the services they need, but luck and privilege is not the same as access”

RJNB in collaboration with its partners will continue to lobby government for the establishment of more comprehensive reproductive justice and health services. Access to safe abortion services is critical to health, but it is only one component of a full reproductive justice agenda that has been ignored for too long in NB.

For further information, please email: reproductivejusticenb@gmail.com

__

Collecte de fonds par JRNB aide un médecin avec l’ouverture d’une clinique à Fredericton

$ 125 000 en dons amassés lors d’une campagne nationale #SaveTheClinic

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Frédéricton, N.-B., janvier 2015 – Justice Reproductive Nouveau-Brunswick (JRNB) célèbre l’achat de l’ancienne clinique Morgentaler à Frédéricton et l’ouverture de la Clinique 554, nouvelle pratique familiale qui offre une gamme de services de santé reproductive, dont des avortements. Cette ouverture a été rendue possible grâce à la campagne de financement #SaveTheClinic, initiée par JRNB, et qui a recueillie plus de $ 125 000 pour la bonification de l’accès à l’avortement au Nouveau-Brunswick.

« Dès son annonce, plus de 1 500 personnes et organismes ont appuyé cette campagne et cet enjeu. Au nom de la population Néo-Brunswickoise, nous les remercions. », dit Allison Webster, trésorière de Justice Reproductive Nouveau-Brunswick. « Nous sommes profondément touchés par la générosité de toutes et tous, et ce, pour chaque montant contribué. Celles et ceux qui n’avaient que $ 5 à donner ont pris le temps de nous faire parvenir leur don afin d’aider les personnes à accéder aux services d’avortement en milieu clinique au Nouveau-Brunswick. Nous en sommes très reconnaissants. »

JRNB doit également remercier Fredericton Youth Feminists pour leur collaboration, leur leadership et leur dévouement à l’accès à l’avortement. Le Gala pro-choix, l’un des événements organisés par ce dernier, a contribué plus de $ 3500 à la campagne #SaveTheClinic.

La somme recueillie de cette campagne a été utilisée pour établir la pratique de la Clinique 554, qui comprendra une pratique générale familiale, l’évaluation et les soins continus pour la communauté

LGBTTQ, ainsi que des services d’avortement. Alors que l’ouverture de la Clinique 554 est cause de célébration, de nombreux obstacles à la justice reproductive au Nouveau-Brunswick demeurent. JRNB a appris que les services d’avortement offerts à la Clinique 554 ne seront pas couverts par l’assurance-maladie et il n’est pas encore certain si la capacité offerte dans les hôpitaux sera accrue pour assurer un accès en temps opportun. Toutefois, les avortements pratiqués par des médecins dans les hôpitaux, des milieux plus coûteux et encombrants, seront payés par l’État. Cela ne tient pas debout.

JRNB questionne et conteste toujours : (1) l’adoption d’un modèle de prestation de services d’avortement pratiqués exclusivement dans les hôpitaux, (2) l’incapacité du gouvernement à abroger entièrement le règlement 84-20, (3) son plan de ne pas offrir les services d’avortement dans toutes les régions de la province, (4) le manque de consultation, et (5) les ressources limitées des cliniques de santé sexuelle dans la province. Il est temps pour que l’accès à l’avortement et les autres services de santé reproductive au Nouveau-Brunswick soient équitables avec les autres provinces canadiennes.

Le manque d’informations et de transparence de notre gouvernement ont des impacts chez nos populations les plus vulnérables et marginalisées : les personnes aux prises avec une grossesse non désirée nécessitent des informations pour faire leur choix. Par ailleurs, de nombreuses personnes ont seulement accès aux professionnels.les de santé anti-choix. En ce qui concerne les soins et services d’avortement, JRNB croit en la politique publique fondée sur des preuves, qui comprend des services situés dans les communautés, en plus de la prévention et d’une approche holistique en matière de soins de santé reproductive.

« Le gouvernement du Nouveau-Brunswick continue de contrevenir la Loi canadienne sur la santé et de mettre la vie des gens en danger », a déclaré Jessi Taylor de Justice Reproductive Nouveau-Brunswick. «La population mérite mieux. Nous avons un système où celles et ceux qui ont assez de chance et des privilèges ont accès aux services dont elles et ils ont besoin, mais ceux-ci ne sont pas la même chose que l’accès. »

En collaboration avec ses partenaires, JRNB continuera de faire pression sur le gouvernement pour la mise en place de services plus complets en justice reproductive et en matière de santé reproductive. L’accès aux services d’avortement sans danger est essentiel et nécessaire, mais ce n’est qu’une des composantes d’un programme de justice reproductive qui a été trop longtemps été ignoré au Nouveau-Brunswick.

Pour toute information, communiquez : reproductivejusticenb@gmail.com

Advertisements